aller au menu principal - aller au contenu-texte - aller à la boite de recherche -

 Exporter au format PDF Envoyer la page à un(e) ami(e) | Imprimer cette page

Accueil | Document associé à l'image aléatoire


Fonds photographique sur les camps d’internement français, 1939-1945

Camp de Saint-Paul-d'Ejaux (Haute-Vienne), "entrée du camp, côté est", 1942
 
Camp de Brens (Tarn), "les cuisines", 1942
 
Camp de Saint-Sulpice-Lapointe (Tarn), "corps de garde", 1942

Les camps d'internement sont apparus dès 1939 afin de regrouper, notamment, les réfugiés étrangers allemands ou de la guerre civile espagnole. Entre 1940 et 1944, les camps se multiplièrent sur l'ensemble du territoire. Y étaient internés les victimes des législations antisémites et de manière générale de persécutions raciales, ainsi que les opposants au régime de Vichy, comme par exemple les résistants ou les communistes. Certains de ces camps furent le point de départ vers les camps d'extermination.

Initialement, l'administration des camps d'internement français fut confiée au ministère de la Guerre avant d'être rattachée, en novembre 1940, au secrétariat général à la police du ministère de l'Intérieur. L'inspection générale des camps fut créée en septembre 1941 chargée du contrôle des camps, elle dressait un rapport à la suite des inspections qu'elle y effectuait. Les inspecteurs réalisaient, au cours de ces inspections, des clichés qui venaient à l'appui de ces rapports.

Les photographies présentées ici sont une sélection de ces clichés. Elles portent sur 9 camps différents : Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence), Les Milles (Bouches-du-Rhône), Récébédou (Haute-Garonne), Pithiviers (Loiret), Gurs (Pyrénées-Atlantiques), Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), Brens (Tarn), Saint- Sulpice-La-Pointe (Tarn), Saint-Paul-d'Eyjeaux (Haute-Vienne).

Le fonds de l'inspection générale des camps dont proviennent ces rapports et clichés, est conservé au Centre historique des Archives nationales dans la sous-série F7 15086 à 15111. Ces dossiers sont librement communicables au CARAN.

Ces photographies constituent une source iconographique unique de par le nombre de camps concernés. Elles représentent aussi bien les internés dans leur vie quotidienne que les installations, baraques, barbelés et miradors. C'est néanmoins une vision officielle qui nous est offerte, gommant ainsi les aspects les plus tragiques de l'histoire des camps d'internement.

État du projet
Fonds numérisé
Modalité d'accès
  • Consultation locale du fonds numérisé
Financement

Autre financement du ministère de la culture

 
Informations techniques
  • Nombre d'images : 67
  • Modalité de la numérisation : Directe
  • Types de documents numériques : Image fixe (JPEG/JFIF, TIFF)
Base de données associée

La banque d'images ARCHIM est accessible sur Internet à l'adresse indiquée plus bas.

Cette banque d'images permet d'accéder à des documents d'archives numérisés de tous supports, formats, types et provenances, parmi lesquels les photos des camps.

Pour ces dernières, chaque notice décrit une photo, en fournissant sa cote, son analyse rapide. Des index des noms de personnes, lieux, matières sont interrogeables, de même que l'analyse.

La base de données est interrogeable dans son ensemble, mais aussi par dossiers thématiques.

 
Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées Aquitaine Poitou-Charentes Pays de la Loire Bretagne Basse-Normandie Haute-Normandie Picardie Nord-Pas-de-Calais Île-de-France Champagne-Ardenne Lorraine Alsace Franche-Comté Bourgogne Centre Limousin Auvergne Rhône-Alpes Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse